Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Partage d'Evangile

Témoin de la résurrection

14 Mai 2012 , Rédigé par sr Marie-Jean Publié dans #Témoins d'espérance


Saint Matthias (2012)

 En ce jour, nous fêtons l’élection de Saint Matthias, comme témoin de la Résurrection.

Et, en ce jour, nous fêtons aussi notre propre élection comme témoin.

Considérons de plus près ces deux aspects.

 

D’un côté, Saint Matthias.

« Frères, dit Pierre dans son discours à l’assemblée, il fallait que l’Ecriture s’accomplisse… »

« il fallait » : ce verbe oriente notre regard vers l’histoire du salut.

En effet, Judas n’était pas prédestiné à la trahison, il n’était pas contraint par le sort ou le destin à rejeter Jésus.

Non, mais la liberté qu’il a utilisée pour mener Jésus à ses adversaires, Dieu l’a inscrite dans son plan divin.

 

« Pourtant, poursuit Pierre, ce Judas était l’un de nous et avait reçu sa part de notre ministère »

Oui, tel est l’amour de Dieu à notre égard : un amour authentique et véritable, qui nous laisse une entière liberté.

Celle de recevoir cet amour et d’y répondre ; celle de le refuser et de le trahir.

Judas a répondu selon son choix, en toute liberté.

 

Alors Pierre précise la fonction à pourvoir :

« devenir avec les Apôtres témoin de sa résurrection »

Un double critère d’élection est annoncé : avoir connu Jésus depuis le Baptême jusqu’à l’Ascension et être choisi par Dieu.

Et le récit des Actes nous rapporte la présentation des candidats, la prière de l’assemblée et l’élection de Matthias par le Seigneur.

 

D’un côté, disais-je, il y a Matthias.

De l’autre, voudrais-je ajouter, il y a chacun et chacune de nous.

Certes, pourrez-vous me dire, mais nous ne remplissons pas les critères pour être élu(e) comme témoin de la Résurrection.

Et pourtant, nous les remplissons.

 

Dans l’Evangile, le compagnonnage de Jésus nous est offert, comme il le fut à Matthias :

Jésus déclare : « Je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai appris de mon Père, je vous l’ai fait connaître ».

Oui, Jésus noue une relation d’amitié avec chacun d’entre nous, une relation de confiance et de confidence.

Il nous transmet le secret de sa vie, son testament, la source de son amour, puisé au cœur du Père.

 

Et de même, comme Matthias, nous sommes également élus, choisis par Dieu.

L’Evangile poursuit :

« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous partiez, que vous donniez du fruit et que votre fruit demeure… »

 

Telle est la Bonne Nouvelle que Jésus nous annonce en ce jour !

Parmi ses apôtres, parmi les témoins de sa Résurrection, il manque quelqu’un, quelqu’une :

pour parler en son nom,

pour attester de son amour,

pour chanter l’Espérance de la vie plus forte que toute mort,

de l’amour plus fort que toute trahison !

 

En ce jour de fête, chacun, chacune de nous est invité(e) à être un autre Matthias, dont le nom signifie « don de Dieu ».

 

Alléluia !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

raymond 19/05/2012 07:26

L'homélie de soeur Elizabeth n'étant pas encore publiée je me fais, à la suite de Matthias, témoin de cette forme de Résurrection et de cette Ascension qui me parle tout particulièrement.
Ascension ! Résonance singulière depuis ce jour de 1987, jour de cette nouvelle naissance pour Corentin et... pour moi d'une certaine manière.
Je relis le faire-part, l'annonce de la "première" naissance de Corentin, celle qui faisait notre fierté de parents et que nous voulions partager à nos amis :

"Seigneur, Gloire à Toi. Un enfant est né de cet Amour humain que Tu as béni. Tu nous confies ton tout petit, ton frère. Enrichis-le de tous les plus beaux dons de la nature et de la Grâce. Qu'il
soit sur terre notre joie et ta gloire auprès de Toi."

Prémonition ! Aujourd'hui encore, cette annonce m'interpelle alors que rien ne pouvait présager de cette "deuxième naissance" trois mois plus tard !
Ce jour d'Ascension, je me sens fragile, vulnérable. Sans doute une sensation viscérale liée à cette séparation inattendue et douloureuse. Sensation liée aussi à ce cri de douleur qui résonne
encore en moi, douleur qui déchire le coeur et qui laisse une marque indélébile.

Il y avait pourtant cette certitude irraisonnée et irrationnelle, cette intuition d'un avènement dans ma vie, intuition déjà visible sur le faire-part de naissance.
Cette intuition je l'exprime pour m'interdire toute forme de résistance à la Vérité et aussi, parce qu'il ne m'était pas possible, malgré la douleur, de nier la transmission du lien. Cri de
mort...cri de vie...l'espace entre les deux est ténu mais le Souffle d'Amour s'engouffre dans cet espace blanc de la séparation.
Sensation mystérieuse qui ouvre sur des chemins tout aussi mystérieux.

Vingt-cinq ans de maturation pour ne pas dire de macération dans l'espace matriciel qui existe au coeur de mes entrailles de père.
Aujourd'hui mon fils a grandi. Vingt-cinq ans! Quel homme!
Ce n'est plus la perception du bébé fragile mais celle de l'homme accompli qui me parle aujourd'hui. Je me sens attiré, soutenu par mes fils, autant Corentin que Gaëtan.
Il n'y a pas de nostalgie mais la sensation de m'abandonner confiant, sûr de leurs mains qui me tiennent.
Je me surprend souvent à oser reconnaître la joie qu'ils me donnent même si, par pudeur, j'évite de trop en dire.
Cette Vie qui s'infiltre à travers moi, comme par osmose, a permis et permet toujours de me déployer. J'en ai la certitude. Cette Vie n'est aussi possible que par Grâce, celle de Jésus ressuscité
pour faire apparaître la Vie et la Vérité.
Gloire et Louange à notre Dieu.
Raymond