Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Partage d'Evangile

S'ouvrir à l'amour

15 Juin 2012 , Rédigé par sr Marie-Jean Publié dans #La Parole - source d'espérance

Méditation pour la solennité du Sacré Cœur de Jésus (année B : 2012)

 

 

Une Solennité nous rassemble en ce jour : celle du Sacré Cœur.

On appelle traditionnellement cette fête « Sacré Cœur de Jésus », mais les lectures que nous propose la liturgie nous invitent plutôt à élargir la perspective.

C’est le Cœur de Dieu que nous fêtons en ce jour, le Cœur de la Trinité.

Père, Fils et Esprit-Saint y sont présents.

Revisitons ces lectures pour les découvrir...

 

Par la bouche de son prophète Osée, le Dieu d’Israël ouvre son cœur et confesse son amour.

Israël, ce peuple esclave en Egypte, Dieu l’a élu et l’appelle « mon fils ».

Il lui a fait don de la liberté et l’a éduqué au désert : il lui apprend à marcher, le nourrit, le guide avec tendresse…

Mais Israël ne se laisse pas aimer et refuse son Dieu.

C’est au creux de cette déception que Dieu ouvre son cœur.

Face au rejet, face à l’infidélité de ce peuple aimé, Dieu confesse :

« Mon cœur se retourne contre moi, et le regret me consume.

Je n’agirai pas selon l’ardeur de ma colère, je ne détruirai plus Israël,

car je suis Dieu et non pas homme… »

Face à la trahison, face au refus de son peuple, Dieu ne se laisse pas décourager.

Il ne consent pas à rejeter à son tour, mais il persévère et reste fidèle.

Tel est l’amour du Père, l’amour de notre Dieu.

 

Dans l’Evangile, Jean nous invite à contempler la Passion de Jésus.

L’extrait rapporte le rite du brisement des jambes, « coup de grâce » qu’on applique au supplicié, pour s’assurer qu’il est bien mort.

C’est ce que firent les soldats aux deux premiers condamnés.

Quant à Jésus, puisqu’il est déjà mort, on ne lui brisa pas les jambes, mais un autre « coup de grâce » lui est asséné :

« Un des soldats, avec sa lance, lui perça le côté »

Cette mention des soldats nous replonge au cœur de la Passion, dans son contexte extrême de violence, de souffrance et de douleurs.

Face à cette situation de rejet, d’ingratitude, de non-amour, Jésus ne peut plus parler, il ne peut plus exprimer le moindre mot, mais son corps dévoile un message.

L’évangéliste dit :

« il en sortit du sang et de l’eau »

On peut y découvrir plusieurs sens.

Outre qu’il prouve la réalité incontournable de la mort de Jésus et son Incarnation bien réelle, ce sang et cette eau révèlent son amour.

Bien plus, ce jaillissement de l’eau ajoute une autre dimension : il manifeste le don de l’Esprit.

En effet, lors de la fête des Tentes, Jésus avait déclaré :

 « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive, celui qui croit en moi ! Comme dit l’Ecriture : Des fleuves d’eau vive jailliront de son cœur »

Et l’évangéliste commentait :

« En disant cela, il parlait de l’Esprit-Saint, l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en Jésus »

Ainsi, sur la Croix, au creux de sa souffrance, Jésus lègue l’Esprit.

Selon Jean, il existe un lien étroit entre l’eau et l’Esprit.

Ce sang, cette eau qui s’écoule du cœur de Jésus, c’est la vie qui jaillit comme une source.

La vie qu’il nous destine, l’amour qu’il veut déposer en nos cœurs.

Cet amour, l’évangéliste nous invite à le contempler, à le méditer, à le croire :

« Celui qui a vu rend témoignage afin que vous croyiez vous aussi »

Et plus loin, il ajoute :

« Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé »

 

C’est donc au creux de la souffrance de la Passion, de la douleur de la Crucifixion et de l’enfouissement dans la mort que le cœur de Jésus exprime son amour.

Un amour victorieux de toute mort, qui transcende le Vendredi Saint et annonce déjà le matin de Pâques !

 

Tel était donc le cœur du Père, selon la révélation du prophète Osée.

Tel est le cœur du Fils, sous la plume de l’évangéliste johannique.

Tel est l’Esprit répandu par Jésus sur la Croix.

Cet amour contemplé dans le cœur du Père, manifesté dans celui de Jésus et confié à tous ceux qui l’accueillent, nous le célébrons en cette Solennité.

Si nous lui ouvrons la porte de notre cœur, il cherchera à se répandre, à se propager, à se diffuser... pourvu que nous y consentions !

Jn 7, 37-39.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article