Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Partage d'Evangile

La Croix, arbre de vie

14 Septembre 2011 , Rédigé par sr Elisabeth Publié dans #La Parole - source d'espérance

 

Fête de la Croix Glorieuse

(Livre des Nombres 21,4b-9; saint Jean 3,13-17 )

Il y a 40 jours, nous fêtions la transfiguration du Seigneur qui se révélait enveloppé déjà de la lumière de la résurrection. C'est cette même lumière pascale que la foi de l'Eglise fait rejaillir aujourd'hui, sur la Croix elle-même.

Célébrer la Croix glorieuse, c'est affirmer que mort et résurrection en la personne du Christ, c'est tout un, qu'elles sont inséparables.

Ce que nous célébrons dans le Triduum pascal en l'étalant quelque peu dans le temps... et c'est bien nécessaire pour intégrer, pour accueillir le sens profond de ces événements... ce que nous célébrons en 3 jours lors de la Semaine Sainte, la fête de la Croix glorieuse nous permet d'en faire une seule gerbe, nous rappelle que la glorification du Christ et le salut du monde sont opérés sur la Croix, sont opérés dans le don total que le Christ fait de sa vie.

« Ma vie, nul ne la prend mais c'est moi qui la donne. »

« Si l'on veut te prendre ta tunique, avait dit Jésus, donne aussi ton manteau » le seul moyen de ne pas se laisser dépouiller, c'est d'aller au devant de celui qui veut prendre et de donner au delà de toute attente.

Et voilà que le crucifié donne le salut; l'arbre de mort, devient l'arbre de la vie.

Dans un renversement inouï de situation, Jésus a fait de sa mort une arme pour tuer la haine dans le coeur de ses bourreaux; il en a fait une arme pour détrôner la mort dans son propre royaume, l'enfer, et remettre debout Adam et tous ceux qui à sa suite étaient sous l'emprise de la mort. Car le lieu de la mort, c'est l'enfer, le shéol, et nous l'imaginons sous terre, là où la vie ne peut pas pénétrer... Sur la Croix, le Christ élève, si l'on peut dire, la mort et la place dans une perspective nouvelle, celle du ciel, de la demeure de Dieu, lieu de la vie en plénitude.

La première lecture nous le laisse pressentir à travers le serpent de bronze que Moïse fait placer sur un mât pour qu'en le regardant les Hébreux soient guéris de la blessure mortelle infligée par les serpents. Le serpent qui porte la mort, devient par son élévation signe de vie et de salut... non par un rite magique, non parce que Moïse aurait éliminé les serpents et avec eux la mort mais parce qu'en l'élevant, il l'a arraché à sa signification habituelle de porteur de mort. Le serpent ainsi élevé attire le regard des Hébreux vers le ciel, vers Dieu de qui vient le salut et les invite à renouveler leur confiance au lieu de s'enfoncer dans la révolte.

Depuis que le Christ a lui aussi été dressé sur un mat, dans le don suprême de sa vie, il n'y a plus rien de morbide à regarder la Croix car ce n'est pas par son aspect sacrificiel et sanglant qu'elle est source de salut mais parce qu'elle est l'expression ultime de l'amour de Dieu et qu'elle devient ainsi source de vie.

La croix, nous pouvons la contempler, la célébrer, l'exalter car elle est devenue pour tout croyant l'arbre de la Vie. Dans la Genèse, après le péché d'Adam, Dieu avait dit; 'Que l'homme n'étende pas la main et ne cueille aussi de l'Arbre de vie, n'en mange et ne vive pour toujours »

Ce que Dieu refuse à la convoitise de l'homme, il l'offre gratuitement. La vie éternelle, fruit de l'amour du Père et de l'offrande du fils nous est DONNEE.

« Ma vie, nul ne la prend mais c'est moi qui la donne. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article