Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Partage d'Evangile

Joie de la rencontre

31 Mai 2011 , Rédigé par sr Thérèse-Marie Publié dans #La Parole - source d'espérance

partage pour la fête de la Visitation

 

Ah les femmes !!! voici une belle page biblique, où ce sont elles qui nous portent en la joie de Dieu, et reconnaissons-le, elles le font à merveille !

 

Le prophète Sophonie avait annoncé, combien le Seigneur Dieu, souhaitait demeurer en nous ! Combien il espérait y trouver sa joie ! Aurait-il pu imaginer que la plus belle réalisation de ce désir, serait l’incarnation du Seigneur, dans le sein d’une femme ?

 

Nous avons fêté l’Annonciation le 25 mars. Il y a déjà 2 mois de cela. Il semble donc assez clair que le calendrier liturgique n’est pas un calendrier à prétention strictement chronologique. A moins de supposer que Marie ait cheminé deux bons mois pour gagner la maison d’Élisabeth. Car selon saint Luc, les récits de l’Annonciation et de la Visitation se succèdent dans le temps de manière très rapide.

L’ange Gabriel vient de porter l’annonce à Marie, il vient de lui confier le projet de Dieu, de le soumettre à son adhésion pleine et libre. Et Marie a répondu : oui, je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole. Alors l’ange la quitta, écrit Luc. Sur la pointe des ailes ajoute frère François. Mission accomplie, l’ange se retire, laissant toute la place à l’Esprit. L’Esprit vient couvrir Marie de son ombre, et commence dans le sein de Marie, la lente formation de l’enfant. On pourrait alors croire que la venue de l’Esprit va tenir Marie à l’écart, dans la méditation des paroles qui lui ont été dites. On aurait pu penser qu’elle allait dans le silence se consacrer au Seigneur dont elle se veutservante. On l’aurait aisément peinte toute recueillie, dans une chambre haute, laissant le Seigneur tisser en son sein un corps pour son fils, on l’aurait vue dans l’émerveillement de la découverte de cette vie qui prenait chair en sa chair. Mais ce serait là méconnaitre totalement les manières de l’Esprit-Saint.

Marie, sitôt habitée par l’Esprit, se lève dit le texte, usant ici d’un verbe typique de résurrection. Marie, habitée par une vie nouvelle, surgissant, ressuscitant se met en route, avec empressement, pour aller à la rencontre de sa vieille cousine.

Nous observons ce même mouvement, lorsque les apôtres enfermés en la chambre haute, ayant reçu l’Esprit s’élancent alors, porteurs d’une vie nouvelle, pour annoncer la résurrection à tous ceux qui voulaient bien les entendre !

Marie sitôt revêtue de l’Esprit, sitôt reçue sa mission, se met en route, vers les montagnes de Judée... on se surprend à chanter avec Isaïe : comme il est beau de voir courir sur la montagne, le messager de la Bonne Nouvelle, qui annonce la paix, qui annonce le salut[1].   

Et Marie, transmet à Élisabeth le souffle de l’Esprit, en une rencontre qui ne cesse de nous émerveiller. La visitation de Marie ouvre Élisabeth à la joie de la Bonne Nouvelle. Et les deux femmes laissent l’Esprit chanter en elles la joie de Dieu. Puisse l’Esprit habiter toutes nos rencontres. Puissent ainsi toutes nos rencontres être visitations ! 



[1] voir Is 52,7

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article