Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Partage d'Evangile

Désert

26 Février 2012 , Rédigé par sr Marie-Jean Publié dans #La Parole - source d'espérance

1er dimanche de Carême : Année B (2012)

 

 

« Jésus venait d’être baptisé.

Aussitôt l’Esprit le pousse au désert… »

 

En ce premier dimanche de Carême, un désert s’ouvre devant nos pas...

Mais en fait qu’est-ce que le désert ?

Ce n’est pas d’abord le lieu d’une randonnée touristique, à dos de chameau, pour contempler de beaux paysages.

Dans la mémoire juive, le séjour au désert fut le moment privilégié des relations entre Dieu et son peuple, où l’Alliance a été conclue.

Qui dit « Alliance », dit aussi l’espace pour un choix, une option, un combat pour rester fidèle à cette Alliance.

Ainsi, le désert est un lieu ambivalent.

Voyons-en d’un peu plus près les deux aspects qui apparaissent dans les lectures du jour.

 

Le désert est le lieu de l’Alliance, comme nous le rapporte l’extrait de la Genèse.

Dieu a créé l’homme et la femme ; il s’est réjoui de sa création : « c’était très bon ! ».

Mais cette création l’a déçu…

S’ensuivent la construction de l’arche pour parer au déluge, son errance sur les flots et, finalement, l’arrivée sur la terre ferme.

En cet extrait du Premier Testament, Dieu proclame que le temps de la destruction est révolu ; le temps de l’Alliance est arrivé :

« Voici que moi, dit Dieu, j’établis mon alliance avec vous, avec tous vos descendants, et avec tous les êtres vivants qui sont autour de vous… ».

C’est à cette Alliance que l’Evangile de Marc fait aussi allusion, lorsque l’évangéliste dit de Jésus qu’« Il vivait parmi les bêtes sauvages… ».

 

Si le désert est lieu de l’Alliance, il est aussi lieu d’un combat.

L’évangile de ce jour, en ce premier dimanche de Carême, en fait particulièrement mémoire.

Marc n’est pas très prolixe :

« Dans le désert, Jésus resta quarante jours, tenté par Satan »

 

Quarante jours, c’est-à-dire le temps d’une génération.

Ce chiffre symbolique est déjà employé dans le Premier Testament : qu’il s’agisse du peuple dans le désert (mais dans ce cas, ce fut une durée de 40 ans), de Moïse ou du prophète Elie, tous sont témoins d’une manifestation de Dieu.

Une telle durée affermit le cœur, consolide le choix…

Ainsi en va-t-il de Jésus qui, face à ces tentations, a posé un choix.

Il a dit « oui » à Dieu et… a triomphé de toutes les tentations.

 

Mais qu’est-ce qui lui a permis de triompher ?

Marc raconte : « Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert ».

Notons que les trois Personnes de la Trinité sont ici engagées.

D’un côté le Père, puisque le baptême fut pour Jésus l’occasion d’entendre la voix du Père qui lui disait :

« Tu es mon Fils bien-aimé ; il m’a plu de te choisir ».

En son Père, Jésus a découvert ce lien d’amour qui consolide, qui constitue un être et le met debout.

Cette confidence d’amour soutient Jésus, le porte, lui emplit le cœur.

Ainsi, c’est avec cet amour au creux du cœur que Jésus va au désert ; bien plus, il y est « poussé » par l’Esprit.

D’un côté le Père, donc ; de l’autre, l’Esprit, lui qui représente le lien d’amour qui unit le Père et le Fils.

Au désert, Jésus est doublement accompagné, du Père et de l’Esprit.

 

Il en va de même pour nous.

En ce désert qu’est le Carême, la liturgie nous annonce une Bonne Nouvelle :

Nous n’y sommes pas seuls !

 

Si en ce temps de Carême, vous êtes poussés par l’Esprit au désert, ne craignez pas !

L’expérience de Jésus, vous pourrez la vivre, vous aussi !

 

Cette expérience de Jésus, c’est recevoir la confidence du Père qui nous déclare son fils, sa fille bien-aimé(e).

Oui, à chacun et chacune de nous, Dieu déclare : « tu es mon fils, ma fille bien-aimé(e) : il m’a plu de te choisir »

Cette expérience de Jésus, c’est aussi être tenté, c’est-à-dire être invité à choisir, à dire « oui » à Dieu et à lui faire confiance.

Pour y réussir, le verset de l’acclamation nous rappelle : « l’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole venant de la bouche de Dieu ».

Au désert, nous serons aidés et soutenus, soyons-en sûrs, par ces anges qui « servaient » Jésus.

Reconnaîtrons-nous la présence des anges sur notre chemin ?

Cette expérience de Jésus, c’est enfin pouvoir surmonter les tentations…

 

En ce jour, une invitation nous est lancée :

« Convertissez-vous et croyez à cette Bonne Nouvelle ! »

Y accorderons-nous notre foi ?

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article