Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Partage d'Evangile

Croire

30 Novembre 2011 , Rédigé par Sr Marie-Raphaël Publié dans #Témoins d'espérance

pour la fête de saint André (30 novembre 2011)

 Le passage de la lettre aux Romains que nous venons d’entendre contient huit fois le mot « foi » ou « croire ». C’est une réflexion sur la foi qui va aboutir à la douloureuse question que Paul se pose au chapitre 11 : pourquoi les Juifs, ses frères de race, n’ont-ils pas cru en Jésus-Christ ?

Il énumère une suite de verbes qui s’enchaînent. Tous ceux qui invoquent le nom du Seigneur seront sauvés. Mais pour l’invoquer, il faut croire. Pour croire, il faut avoir entendu sa parole. Pour l’entendre, il faut que quelqu’un l’ait proclamée. Pour proclamer, il faut des messagers... énumération qui débouche sur le cri d’émerveillement emprunté au prophète Isaïe : « comme il est beau de voir courir les messagers de la Bonne Nouvelle ! ». Mais aussi sur une grosse déception : aussi beaux que soient les pieds des messagers, même quand toutes ces conditions sont remplies, cela ne marche pas à tous les coups ! C’est qu’il y a encore une autre condition à remplir, une condition plus intérieure et qui relève de la liberté de chacun : l’écoute. Il ne suffit pas d’entendre, il faut écouter. Et puis, comme le dit Paul, « obéir à la Bonne Nouvelle ».

Qu’est-ce que « croire » ? Qu’est-ce que « obéir à la Bonne Nouvelle » ? Souvent, on s’arrête au premier niveau : croire que Jésus existe ». Éventuellement, on fait le pas suivant : « croire qu’il est ressuscité ». C’est déjà beaucoup, mais on reste à un niveau cérébral, comme l’expriment les théologiens : la foi serait l’adhésion de l’intelligence (et aussi du cœur, l’intelligence du cœur) à un message donné.

 Mais pour Pierre et André, pour Jacques et Jean, ce jour-là, au bord du lac, la question n’était pas « croire qu’il existe », ce Jésus qui vient de nous frôler et qui nous dit « venez ». Ce n’était même pas « croire qu’il m’appelle ». Cela, c’était l’évidence, ils l’ont bien entendu, tous les quatre. Mais ils ont exprimé leur foi en lui au moment où ils se sont levés, ont tout quitté (en plein travail : le filet venait d’être jeté à l’eau) et se sont mis à le suivre. Ils se sont eux-mêmes « jetés à l’eau ». la foi, pour eux, à ce moment-là (et par la suite), c’était une question de confiance. L’adhésion non pas de l’intelligence, mais de tout l’être, non pas à un message, mais à une personne.

 Pour leur part, ils ont compris ce que signifiait « obéir à la Bonne Nouvelle ». L’évangile nous montre le premier élan de cette obéissance comme quelque chose d’irrésistible. Eux-mêmes avaient sans doute bénéficié du témoignage de Jean Baptiste, auparavant, (cf. évangile de Jean), puis ils sont devenus à leur tour messagers : messagers de la Bonne nouvelle, nous invitant à les suivre en répétant ces mot entendus de la bouche de Jésus lui-même : « venez et vous verrez ».

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article